PDA – Activité « Aérosols atmosphériques »

Les aérosols atmosphériques sont constitués d’une part de particules primaires, directement émises dans l’atmosphère, et d’autre part d’aérosols secondaires qui se forment dans l’atmosphère à partir de gaz précurseurs ou par agrégation de particules préexistantes. Leurs propriétés et leurs impacts (en matière climatique ou de santé humaine, sur les matériaux ou les écosystèmes) dépendent non seulement de la taille et de la morphologie des particules, mais aussi et surtout de leur composition chimique et de la manière dont les espèces chimiques présentes se répartissent au sein des particules (état de mélange) et évoluent au cours de leur transport atmosphérique.

Les activités actuelles concernent :

– A l’échelle urbaine et régionale, la formation et le devenir des particules fines émises par l’industrie et les transports routiers.

PDA-Aerosol-fig1

Site métallurgique de l’agglomération dunkerquoise (Crédit: LPCA)

– A plus grande échelle, l’évolution de l’état de mélange de particules d’origine naturelle (désertique, marine, combustion de biomasse) et anthropique.

PDA-Aerosol-fig2

Evénement de poussières sahariennes en Atlantique Nord (Crédit: ESA)

– Les propriétés spécifiques du fer atmosphérique, en raison de ses caractéristiques optiques et de son rôle océanique de micronutriment.

PDA-Aerosol-fig3

Image satellite d’une tempête saharienne en Atlantique Nord et du bloom planctonique associé (Crédit: ESA)

Ces problématiques sont supportées par le développement de méthodologies novatrices, tant dans le domaine de l’échantillonnage (mise au point de dispositifs de prélèvement aéroportés ou de systèmes destinés aux séries temporelles longues et adaptés à la microscopie électronique), que sur le plan analytique (développement de techniques de microanalyse et de traçage isotopique).

PDA-Aerosol-fig4

Image et cartographie chimique de particules sahariennes en mélanges internes, obtenues en microscopie électronique (In: Deboudt et al., JGR, 2010)

L’ensemble de ces activités sont notamment subventionnées par l’ADEME (Programmes « Nano-Indus » et « Captatus »), l’Agence Nationale pour la Recherche et la Région des Hauts de France (Programme « CLIMIBIO », Labex CaPPA).